Votre expatriation : partager vos besoins

Votre expatriation : partager vos besoins

Faire tous les vendredis avec mon mari un bilan de la semaine écoulée est devenu un rituel lors de ma première expatriation. Le principe est simple : prendre le temps le vendredi soir, autour d’un bon repas ou plutôt d’un bon verre, de faire le point sur la semaine écoulée.

Son bilan, mon bilan, notre bilan.

Il y a 13 ans, en le suivant en Russie, j’ai mis en sourdine, consciemment ou inconsciemment, certains besoins : avoir une vie sociale qui me ressemble, voir régulièrement ma famille, construire une carrière professionnelle, être autonome financièrement.

besoinsTrès vite, j’ai eu le sentiment que nous vivions chacun une expatriation à défaut de pouvoir, aussi, vivre la nôtre.

Alors que mon mari évoluait professionnellement, il me semblait que je stagnais.

Alors qu’il courait après le temps, je ne savais comment le tuer.

Alors qu’il rencontrait, échangeait et découvrait une nouvelle culture, je m’y perdais…

Je me suis répétée des dizaines de fois, sans jamais mettre un mot sur tous mes maux, « S’il m’aimait, il le verrait ! S’il m’aimait il comprendrait que ça ne va pas ! »…

Première erreur. Nous avons chacun notre façon de communiquer.

J’attendais souvent de ressembler à une cocotte minute pleine de ressentiments pour lâcher toute une vapeur remplie de colères.

Seconde erreur. Quand nous sommes en colère, nous cherchons, et trouvons très vite un responsable et coupable. Que nous accusons en employant le fameux  » tu qui tue. »  Pour celles et ceux d’entre vous qui ne seraient pas sûr(e)s de comprendre cette dernière phrase, quelques exemples : tu m’énerves, tu ne m’écoutes pas, tu t’en fiches, tu me stresses, tu ne vois rien … 

Maintenant que c’est plus clair, nous pouvons continuer.

Jusqu’au jour où, vidée, j’ai décidé d’ouvrir mon cœur et de mettre des mots sur tout ce qui me manquait, sur tout de dont j’avais besoin.

Tout ce dont j’avais besoin pour me sentir mieux dans cette expatriation. 

Quelle surprise d’entendre mon mari me répondre qu’il ne savait pas que je ressentais tout cela. Et je ne vous cache pas que j’ai été tentée par un :  » Tu le fais exprès ? « 

Ecouter, accepter et affirmer régulièrement ses besoins. 

Ne pas affirmer vos besoins tout comme ne pas demander et recevoir ceux de notre conjoint peut vous amener souvent à vous construire une réalité erronée.

Je suis toujours heureuse dans le cadre de mes accompagnements, de constater à quel point les femmes sont stupéfaites des informations qu’elles reçoivent en partant à la découverte de leur conjoint, en leur demandant ce qu’ils ressentent et pensent quand elles expriment leurs besoins.

Faire un bilan régulièrement (à vous de choisir la fréquence qui vous convient) permet au couple de grandir, de s’enrichir des expériences de l’autre, d’ancrer les petites victoires, d’évoquer les échecs aussi … avec enthousiasme.

Et de construire ensemble, au sein de cette expatriation, un nouveau nous qui tienne compte de l’évolution des besoins de chacun.

Et vous ? Exprimez-vous vos besoins à votre conjoint régulièrement ? Qu’est-ce qui, d’après vous, vous empêche de le faire ?

0 Comments


Donnez moi votre avis

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© Copyright Expatrielles 2014-2020.
Illustrations: Victoria Bee
Mentions légales
Expatrielles est une marque déposée.

%d blogueurs aiment cette page :