Conjoint d’expatrié : une nouvelle vie, pour vous (aussi)

Conjoint d’expatrié : une nouvelle vie, pour vous (aussi)

Il suffit de prêter une oreille distraite au discours des entreprises pour se rendre compte que, dans le langage des affaires, le projet d’expatriation ne semble s’accorder qu’au singulier. En effet, si tout est fait pour faciliter l’intégration optimale de l’employé propulsé en pays culturellement lointain, rien n’est par contre envisagé pour faciliter l’intégration de son conjoint accompagnateur. Ce dernier joue pourtant un rôle déterminant dans la réussite du projet d’expatriation, une raison suffisante pour se préoccuper non seulement de son bien-être et surtout de son accomplissement.

Se préparer
L’expatriation est un changement personnel et professionnel majeur devant être préparé minutieusement : l’expression « Nul vent n’est favorable à celui qui ne sait où il va » prend alors ici toute sa force. Même si le temps de la réflexion est souvent court avant la prise de décision reliée à l’expatriation, il demeure néanmoins important de faire en amont le point sur ce que chaque membre de l’entité familiale attend de cette expatriation. Echanger sur cette opportunité de vie à l’étranger, sur les attentes mais aussi les craintes et les doutes permet en effet d’éviter l’écueil de se sentir perdu une fois sur place. Au delà des spécificités propres à chaque pays, cet échange permettra au conjoint de se poser les bonnes questions : qu’est ce que j’attends de cette expatriation ? Qu’est ce que je redoute ? Qu’ai-je envie de faire (et de ne pas faire) durant ces années passées à l’étranger ?

Statuer sur cette dernière question est un exercice simple et efficace.

Comment procéder ?

Très simplement : après avoir listé tout ce que vous souhaitez faire lors de cette expatriation (et ce que vous ne souhaitez pas), concentrez vous sur les choses que vous voulez réaliser. Qu’avez-vous envie de réaliser durant ces années à l’étranger? Sur un plan personnel? Sur un plan professionnel? Sur un plan familial?

Ne négligez pas le retour, même si il vous parait lointain,  en faisant cet exercice : Avec quoi souhaitez-vous revenir en France ? Comment vos actions pourront-elles être valorisées? 

valeursSe révéler
Bien vivre son expatriation peut facilement s’illustrer par la capacité de chacun à trouver un nouvel équilibre. Pour le conjoint, il va s’agir de trouver sa juste place dans cette aventure.

La période d’expatriation est tout à fait propice à la découverte et au développement de ressources individuelles :
–       s’expatrier force à la flexibilité : il faut en effet dompter un nouvel environnement, dépasser la barrière de la langue, s’adapter à des situations inconnues, à des réactions culturellement différentes, à des façons de penser et de réagir étrangères à nos façons usuelles de faire. Cette flexibilité « forcée » est l’opportunité de réveiller et développer en nous des compétences que l’on ne soupçonnait pas.
–       s’expatrier force à la patience : trouver sa place dans un nouveau pays demande du temps. Inutile donc de vouloir placer la barre trop haut en s’imposant de gérer homme, école, enfants mais aussi identité personnelle et professionnelle en un temps record. Plutôt que de contourner cette pause forcée, il s’agit de s’autoriser à en profiter : prendre le temps de prioriser ses objectifs et de trouver ce à quoi cette période pourra donner naissance tant d’un point de vue personnel que professionnel.
–       s’expatrier force à la rigueur : le trop est souvent l’ennemi du bien. Disposer de beaucoup de temps peut en effet s’avérer tout aussi enthousiasmant qu’anxiogène. Il est donc important de dessiner une feuille de route permettant de formaliser ses objectifs ainsi que les principales étapes nécessaires à leurs atteintes. Cette structure permettra ainsi de s’ancrer dans une posture active et valorisante et évitera les angoisses potentielles de la post arrivée. Rencontrer des gens, apprendre la langue du pays, se former, s’investir dans une nouvelle activité ou travailler permettront de se bâtir un emploi du temps dynamique et rassurant.

Ainsi, pour le conjoint accompagnateur  la vie ne s’arrête pas avec l’expatriation : au contraire, elle prend simplement un nouveau virage et ouvre la voie à de nouvelles découvertes.

A force de flexibilité, patience et rigueur, il ne fait aucun doute que chacun et chacune sera en mesure de faire de cette expérience une réussite… à tous points de vue !

0 Comments


Donnez moi votre avis

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :